« Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » (Mc 6,34)

Jésus invite donc les apôtres à venir avec lui dans un endroit désert. Mais il ne dit pas: « et nous allons nous reposer », mais bien: « et reposez-vous un peu ».

Et en écoutant la suite de l’évangile, nous comprenons pourquoi cette nuance.

Jésus et ses apôtres partirent en barque, mais voilà que de toutes les villes les gens coururent là-bas et arrivèrent même avant eux de sorte que l’endroit n’était plus si désert que ça. 

Terminé donc le jour de repos pour les apôtres, pourrions-nous dire. Mais non, ce n’est pas ce que nous fait comprendre saint Marc.

Les gens sont bien là, mais Marc nous écrit que c’est Jésus, non les apôtres, qui les voit: « Jésus vit une grande foule ». Et encore c’est Jésus, et non les apôtres, qui est « saisi de compassion… et les enseigne longuement ». 

Des apôtres, saint Marc ne nous dit rien, ils sont absents jusqu’au soir où ils réapparaissent pour dire à Jésus, de renvoyer la foule. Ce qui arrive alors, nous allons l’entendre une autre fois. Pour les curieux allez lire Mc 6, 36-44. 

Pour ce dimanche au début des vacances d’été, retenons: Jésus est le bon berger pour la foule et pour ses apôtres. A ces derniers, comme à tous ceux qu’il engage dans son Eglise, Jésus accorde un temps de repos, nécessaire pour refaire les forces en vue de pouvoir reprendre avec enthousiasme la mission à l’exemple du Bon Pasteur.

Remercions le Seigneur pour ce temps de repos qu’il nous accorde! Profitons-en, n’ayons pas mauvaise conscience, mais mettons notre foi en Jésus qui est le Bon Berger, pour la foule et aussi pour ses apôtres. 

Catégories : Liturgie