Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France vient de publier une petite brochure avec comme titre la question du psalmiste « Qu’est-ce que l’homme pour que tu pesnses à lui ? ». Sur quelques pages ce texte présente et argumente (brièvement, mais clairement) des éléments essentiels de l’anthropologie catholique. 

Cet exercice de la part des évêques de France me semble tout à fait intéressant, surtout qu’il permet de redire les vérités fondamentales sur l’homme que nos sociétés modernes en dérive vers un post-humanisme techno-scientifique semble de plus en plus oublier.

Ainsi est réaffirmé de façon claire :

L’être humain est une personne, créé et appelé par Dieu à la liberté, à la vérité, à la responsabilité. Il est à même de se rendre compte de sa conscience et de la loi naturelle qui y est inscrite. Ouvert à la transcendance, il est corps, âme et esprit. Face au scandale du Mal et de la Mort, il est appelé à accepter sa finitude. Sommet de la création visible, seul l’être humain est une personne, et l’antispécisme, qui nie la dignité supérieure de l’homme, se trompe, même si son erreur sur la personne humaine peut nous rappeler nos responsabilités face à la souffrance animale. 

Tous les êtres humains forment une seule famille. Interdépendants, tous sont appelés à la fraternité. La sexualité est lieu du don de soi, la fécondité une grâce, et l’enfant ne saurait être un droit ouvrant à des technologies toujours plus sophistiquées qui s’accompagnent de destruction d’embryons. La solidarité doit atteindre les limites de l’humanité. Chaque personne humaine a le droit de trouver sa place dans la famille humaine. A l’être humain, menacé par la catastrophe écologique ou par l’homme augmenté, voire le post-humain, il faut rappeler qu’il est comme personne, à la fois intériorité et relation, et qu’il se reçoit toujours d’un autre., à commencer par l’Autre par excellence qu’est le Créateur. 

Catégories : Actualités