Un document hautement intéressant vent d’être publié par le Patriarcat de Constantinople. Suite au Grand et Saint Concile de Crète (juin 2016), le patriarche Bartholomée avait mis en place une commission spéciale de théologiens pour rédiger ce document qui porte le titre suggestif : « Pour la vie du monde – vers un Ethos social de l’Église orthodoxe » et qui traite de nombreux aspects de la doctrine sociale de l’Église orthodoxe.

Les sous-titres du document, rendu publié au printemps 2020, donnent une idée de la richesse de son contenu: 

Histoire du document

I. Introduction : Il est temps de servir Dieu 1-7

II. L’Église dans la sphère publique : Confions tout notre vie au Christ notre Dieu 8-14

III. Le cours de la vie humaine : Sanctifie nos âmes et nos corps et accorde-nous de Te servir dans la sainteté tous les jours de notre vie 15-31

IV. Pauvreté, richesse et justice sociale : Rappelle-toi, Seigneur, de ceux qui sont attentifs aux pauvres 32-41

V. Guerre, paix, violence : Pour la paix du monde entier…42-49

VI. Relations œcuméniques et avec les autres religions : Prions pour l’union de tous 50-60

VII. Orthodoxie et droits de l’homme : Vous nous avez créés à votre image et à votre ressemblance 61-67

VIII. Science, technologie et monde naturel : Ce qui est à toi le tenant de toi nous te l’offrons en tout et pour tous 68-78

IX. Conclusion : Réjouissons-nous, nous les fidèles, d’avoir cette ancre d’espoir 79-82

Pour consulter le texte

« Pour la vie du monde »

pdf

Quelques extraits :

***  Notre vie spirituelle est également une vie sociale. Notre piété est aussi une éthique.  

***  Il faut entreprendre un effort constant pour cultiver en nous l’œil de la charité, qui seul est capable de voir le visage du Christ dans nos frères et sœurs, « l’un de ces plus petits ». Nous les rencontrons comme si chacun d’entre eux était le Christ lui-même (Mt 25,40-45).

***  Faire taire la voix de la foi dans la sphère publique, c’est aussi faire taire la voix de la conscience pour un grand nombre de citoyens et de les exclure complétement de la vie de la cité.  

***  Sans le langage du bien commun au centre de la vie sociale, le pluralisme démocratique se transforme trop facilement en un pur individualisme, un absolutisme du libre marché et un consumérisme spirituellement corrosif.  

***  Dès les premières générations de chrétiens, l’Église s’est levée contre la pratique de l’avortement électif tout comme contre l’infanticide.  

***  L’Église orthodoxe ne reconnaît aucun recours légitime à des fins eugénistes de la nouvelle vie humaine. Elle salue chaque nouvelle avancée médicale qui peut préserver et améliorer la vie des enfants atteints de maladie et de handicap.  

***  Les enseignements des Pères de l’Église selon lesquelles l’abondance de la création est un droit partagé par tous ceux créés à l’image de Dieu, et que par conséquent les plus riches d’entre nous sont obligés de partager leurs biens avec les pauvres, peuvent aller à l’encontre d’une idée chère au monde moderne, la propriété privée.  

***  Rien n’est plus contraire à la volonté de Dieu pour les créatures façonnées à son image et à sa ressemblance que la violence des unes contre les autres, et rien n’est plus sacrilège que la pratique organisée du meurtre de masse. 

***  La paix, pour l’Église, est plus qu’un état de simple armistice imposé à un monde naturellement violent. Il s’agit plutôt de la véritable révélation d’une réalité bien plus profonde de la création telle que Dieu l’a voulue et telle qu’Il l’a façonnée selon ses desseins éternels. La paix est la restauration de la création à sa forme originale, ne serait-ce qu’en partie. La vraie paix est la présence même de Dieu parmi nous.

Catégories : Actualités